PRESSE DOUDOU GOUIRAND

Jazz Les derniers poètes (22/03/91, Les Nouvelles d’Orléans)
Doudou Gouirand est « colemanien », fondamentalement, par la démarche plus que par la forme. Sa longue fréquentation de Don Cherry, le compagnon historique d’Ornette Coleman, y est peut-être pour quelque chose. Mais l’inverse est tout à fait possible. Une évidence : Gouirand chante au-delà du saxophone. Poète, il sait allier le souffle et les couleurs. Plus musicien qu’instrumentiste, il nous raconte une histoire. Elle vient de loin, des Indes occidentales, ou d’une mémoire oubliée de nos vieilles terres d’Europe. Une belle variété de jeux, des sonorités contrastées articulant puissance et retenue, Doudou Gouirand va jusqu’à taquiner le silence…

Fellini-Rota – cinéma, musique de film et jazz – 3ème partie suite et fin (Claude Loxhay, jazzmag)
…Enfin en 1995, les Montpelliérains Gérard Pansanel (g) et Doudou Gouirand (as) enregistraient l’album Nino Rota-Fellini pour le label Deux Z, le projet le plus abouti concernant la musique issue de l’univers fellinien… D’une écriture très sophistiquée, qui utilise à merveille la riche palette sonore de l’octet, cette suite, tout en restant fidèle à l’esprit de Rota, … parvient à utiliser pleinement tout l’éventail des cuivres, pour donner une véritable coloration jazzique à ce projet d’une rare cohérence.

Festival de Coutances Jazz sous les pommiers 1998
« Third Dimension » Jeanne Lee/Mal Waldron/Doudou Gouirand (USA/F)
Rarement musique fut aussi unanimement et chaleureusement accueillie par la critique que celle de ce superbe trio franco-américain. Elle est de celles qui touchent au cœur et à l’âme, que l’on reçoit comme un bonheur, un rare privilège… Au plus haut de l’art du blues et de la ballade, voilà une magnifique invitation au voyage.

Odéon, Nîmes, 28/03/1998
Third Dimension – Doudou Gouirand/Jeanne Lee/Mal Waldron
Doudou Gouirand fait partie des jazzmen européens les plus intéressants, avec une imagination créative, toujours à la recherche d’une certaine qualité d’expression et à l’affût de rencontres diverses pour enrichir son univers et faire avancer son travail par l’écahnge. Il fait partie des musiciens de jazz/musique improvisée les plus originaux et les plus attachants…

Spain, Nick Fury, Asent of Atropos, nov. 2001 (réédition CD de Forgotten tales)
… Un autèntica maravilla de album que suena absolutamente actual y que enamorarà a adictos al jazz de mejor evolucion, inteligenzia y riqueza de medios. Simplemente extraordinario !
(J.J. IGLESIAS)

Doudou Gouirand Passages, deux Z/Harmonia Mundi (Keyboards, 09/99, Bruno Heuzé)
Le pédigrée de D. Gouirand brasse large et profond : Don Cherry, Okay Temiz, Dino Saluzzi pour les continents métissés, Paul Bley, Mal Waldron, Aldo Romano ou encore Jeanne Lee pour les terres plus ternaires. Après un tel parcours l’art des passages n’a donc plus aucun secret pour ce saxophoniste au phrasé subtilement mélodieux… Un jazz ouvert donc, plein de ces subtilités qui savent toucher là où il faut, au creux de notre oreille, avec une élégance qui n’a d’égale que son inspiration.


Doudou Gouirand Passages (batteur magazine 08/99, Manuel Dubigeon)
Ce n’est pas rien d’avoir été l’un des derniers copilotes de Don Cherry. Et Doudou Gouirand ne cache pas son respect pour l’héritage que le formidable inventeur et mélangeur de vibrations lui a transmis… Pourtant il ne s’agit pas ici d’un simple tribut. Les saxophones de Doudou se sont délavés aux quatre vents et à l’air qu’ils respirent. En choisissant comme gouvernail la pianiste italienne Rita Marcotulli (entendue aux côtés d’Aldo Romano), le contrebassiste Jean-Jacques Avenel, le trompettiste londonien Kevin Davy et notre chère ex-ON-Jiste Elise Caron, Doudou Gouirand réussit à navigeuer sans boussole entre les récits de son histoire (blues, free jazz, world, ethnique…), étrange passage qu’il admire de près sans pourtant jamais s’y échouer. Suivons-le donc vers le large…

Doudou Gouirand, jazzman nomade, (Jazzman, décembre 1999, Fara C.)

Don Cherry, le trompettiste méridional Michel Marre, le Sud-Africain Chris Mc Gregor, le percussionniste turc Okay Temiz, le pianiste suédois Bobo Stenson, l’italienne Rita Marcotulli, Mal Waldron…Les noms des musiciens auxquels Doudou Gouirand est associé rappellent qu’il arpente des terres qui ne se ressemblent pas. « Musicien passeur entre l’amour vache du free jazz et les caresses d’un son d’alto qui n’a pas son pareil en France », écrit à son sujet Aldo Romano dans le texte de pochette du dernier opus publié par le saxophoniste. Dans les volutes de son art, Doudou relie des horizons sacrément contrastés… Don Cherry m’avait d’ailleurs confié à son propos : « J’aime visiter les territoires explorés par Doudou, car y vibre une musique organique qui parle à mon être entier ».

Doudou Gouirand
Les racines du ciel (2002) RDC/BMG (Central Jazz – « The CD qui tue »  (www) juillet 2002
Les racines du ciel, dernier album de Doudou Gouirand, est un très bel album de jazz fortement teinté d’Afrique. Dans ce voyage initiatique entre le Sahel, le Mali, l’Afrique du Sud, le désert du Kalahari, Doudou Gouirand n’en oublie pas moins ses racines du Sud de la France et de la Corse.
Aidé par des musiciens de tous horizons, le saxophoniste nous gratifie d’un disque de vrai mélange de style, au-delà des modes… Olivier Masson





Presse (french)



English bio & disco

PRESSE RECENTE DOUDOU GOUIRAND (saxophone alto, composition)
LES RACINES DU CIEL (CD juin 2002, RDC/PLUME/BMG)

SELECTION FIP EN JUIN 2002

OPERATION FRANCOPHONIE DIFFUSION - DOUDOU GOUIRAND COMMENTAIRES DES RADIOS Les racines du ciel (Album) VOIR SITE : www.francodiff.org



CBSI - RADIO CANADA CÔTE-NORD - SEPT-ILES (CANADA)
Belle complicité entre musiciens, beau mélange de styles entre les racines et la modernité, un jazz coloré comme j§aime.

CBV - QUÉBEC (CANADA)
Mélange très réussi de rythmes, d§instruments et de genres, basé sur un canevas jazz.

EKHO MOSKVY - MOSCOU (RUSSIE)
Nice moody euro-afro jazz-pop fusion. Good voices, delicate sound.

FM 105 - DOUALA (CAMEROUN)
Il est très inspiré et il y a quelques ans on l§aurait qualifié de fleur hâtive.

FM CO.CO.LO. - OSAKA (JAPON)
Très jolie musique. Ils ont créé leur propre monde.

KOSMOS - ATHÈNES (GRÈCE)
As an old fan of Doudou I tell you this : he is so big, he doesn§t know it ! A real master, always on top form !

NOVA RADIO - FLORENCE (ITALIE)
Beau projet afro-jazz.

RADIO CHENGDU - CHENGDU (CHINE)
It§s a really cool blend between jazz and world music, including African rhythms, Latino beats, Mediterranean sounds.

RADIO MULTIKULTI - BERLIN (ALLEMAGNE)
A real discovery ! One of the best afro-jazz albums I have heard so far.

RADIO PARIS-OSLO - OSLO (NORVÈGE)
Très bien. Un musicien de ce calibre est le bienvenu dans notre 8-9 h.

RADIO SALANKOLOTO - OUAGADOUGOU (BURKINA FASO)
Le soleil, le sable, le désert, la musique, le blues. Un chant qui perce, des improvisations sur mesure et le tour est gagné. Fusion sur fusion, on apprécie à sa juste valeur le travail. Cool.

RADIO UNIVERSIDADE DE COIMBRA - COIMBRA (PORTUGAL)
Très bon, musiciens extraordinaires, sensibilité musicale et savoir-faire.

RADIO VÉNUS - YAOUNDÉ (CAMEROUN)
Concept plus qu§intéressant et à mon avis réussi !

RÉSEAU FRANCOPHONE D§AMÉRIQUE - OTTAWA (CANADA)
Un bon son jazz... agréable à écouter ! Je vais consulter mon spécialiste.

SR1 EUROPAWELLE - SARREBRUCK (ALLEMAGNE)
La musique adéquate pour cette fin d§année, pour contrer le dangereux manque de lumière et les dépressions de novembre. Un disque à écouter toute la journée !!!

WEVL - MEMPHIS (ÉTATS UNIS)
Un album très très intéressant. J§ai aimé toutes les chansons. Une fusion qui marche très bien.

WMBR - BOSTON (ÉTATS UNIS)
Superbes harmonies. S§écoute les yeux fermés en rêvant.


VIBRATIONS - juillet 2002 “ Les Racines du ciel ” - Plume/BMG

Jazz. Inspiré par l’énigmatique Romain Gary, le titre du dernier album de Doudou Gouirand colle parfaitement aux semelles de son auteur, musicien nomade à l’écoute de l’autre depuis des lustres. Ce saxophoniste fut un proche de Don Cherry et cela s’entend sur ce disque transfrontalier, à la lisière de la diversité réthorique de l’Afrique de l’Ouest et de l’ouverture esthétique du jazz libre. Dans cet espace sonore, Gouirand signe la plupart des compositions, fort d’une plume vive et d’une inspiration des plus variées[…]Doudou Gouirand a invité de fortes personnalités de la communauté africaine[…] Un casting impeccable[…] Cet album éclatant qui ne cherche jamais à épater la galerie mais à tracer les contours d’une personnalité méconnue, devrait ravir les plus curieux des amateurs de rencontres entre le jazz et l’Afrique.

Jacques Denis

CITIZEN JAZZ, juin 02
Doudou Gouirand tisse depuis près de vingt ans sa toile avec une
constance, une honnêteté et une discrétion aussi grandes qu§est
d§emblée identifiable sa patte. Un style dont les couleurs, sensuelles
et un rien naïves, renvoient à la Provence et à sa scène[...]
A cent lieues des produits formatés et prétentieux dont nous inonde ci et là l§industrie de la "World Music", "Les Racines du Ciel" brassent, en une mosaïque châtoyante et délicate à la fois, jazz, funk et voix africaines, arabes et rap.
Sur fond de cora, de cuivres et de percussions croisés par Doudou Gouirand et ses nombreux invités avec une rare pertinence. En résulte une fraicheur particulièrement
réjouissante.

Xavier Matthyssens

JAZZMAN, JUILLET 2002

Les Racines du ciel […] aux antipodes des grandes déclarations qui font, du métissage, un gagne-pain qui n’en a pas l’air. Les compagnons conviés dans cette rencontre ont tous montré, dans le passé ou plus récemment, la force de leur démarche et de leur art. Jean-Jacques Avenel et sa contrebasse nourricière, Ali Wagué soufflant les esprits de sa flûte peul, le groove rivé aux entrailles de Cheick Tidiane Seck (claviers), les touches délicates d’un Mico Nissim peintre, la batterie attentive de Sangoma Everett… sans oublier de superbes bouquets de cordes (cora, luth n’goni magistral du malien Moriba Koita), auxquels s’intègre judicieusement la guitare (Gérard Pansanel). Et, surprise dans ce contexte, Baptiste Trotignon (sur cinq plages) ; somptueux dans les grooves lents, ingénieux dans les harmonies.
Fidèle à lui-même, Doudou Gouirand instille, dans la douce beauté de son saxophone, des inflexions churchy. Jeu modal habité de lyrisme, ligne mélodique éclose d’une gamme pentatonique, percussions afro-latines ici et là, fragrances méditerranéennes. Que ce soit dans les compositions originales (du leader) ou les adaptations de traditionnels bambara, chaque saveur est dispensée avec un souci d’équilibre et de dialogue.

Emma Rivière

DOUDOU GOUIRAND & INDIGO SONG
Création : " Les racines du ciel "


C§est en mémoire à l§écrivain Romain Gary, que Doudou Gouirand à conçu un morceau intitulé " les Racines du ciel ", inspiré par le balancement imposant des éléphants. Puis donné ce titre à cette création qui va faire l§objet d§un album (chez RDC/BMG) et sera joué pour la première fois au festival de Radio France-Montpellier. Via vingt ans d§activité (cf. ses complicités avec les Don Cherry, Okay Temiz, Dino Saluzzi, Lester Bowie, Mal Waldron, etc) et deux poignées d§albums, on sait depuis longtemps que notre saxophoniste n§aime rien tant que " créoliser " les influences et les styles. D§où le désir qu§il a eu de signer son dixième opus par une sorte de poème musical à l§intersection des pistes du blues, du jazz, de la world music. C§est en tout cas, fort de ses expériences et de ses amitiés musicales, qu§il a imaginé cette manière de " road movie " parfumé à la griotique d§Afrique de l§Ouest, au tempérament méditerranéen (Corse, Italie, Occitanie), à divers accents jazz. Dialogue Nord-Sud, entre passé et présent, dans lequel il est question du berceau de l§humanité, de Bushmen, de chamans, de lever de soleil à Ségou, bref d§espoir.
Moments d§apesanteur pour lesquels outre ses complices du groupe " Indigo Song " il convie, de belles personnalités de la musique africaine en l§occurrence : la griotte guinéenne Fanta Diabaté ; le koraïste Yakhouba Sissoko (qui a joué avec Youssou N§Dour, Baaba Maal, Ismaël Lô) ; un prince du clavier, Cheikh Tidiane Seck, compagnon de route de Hank Jones, Joe Zawinul, Salif Keita et bien d’autres; le virtuose du n§goni (luth à 4 cordes en bois de manguier, l§élégant griot Moriba Koïta (alter ego de Salif Keita, Mory Kante, Manu Dibango) ; la grande chanteuse sud-africaine Pinise Saul ; le percussionniste Demba Coulibaly fort apprécié dans notre région ; le bassiste malgache Julio Rakotonanahary.

Frank Tenaille.

Doudou Gouirand (saxophone alto et soprano) - Fanta Diabaté (chant)/ Guinée).
Pinise Saul (chant/ Afrique du sud) - Yakhouba Sissokho (kora, chant) / Sénégal-Gambie - Moriba Koïta (n§goni, voix)/ Mali - Cheikh Tidiane Seck (claviers, chant)/ Mali
Julio Rakotonanahary (basse)/ Madagascar - Demba Coulibaly (percussions)/ Sénégal

(Au Festival Radio-France Montpellier juillet 2002)


ZE CD QUI TUE : Doudou GOUIRAND - Les racines du ciel

Les Racines du Ciel, dernier album de Doudou Gouirand, est un très bel album de jazz fortement teinté d§Afrique. Dans ce voyage initiatique entre le Sahel, le Mali, l§Afrique du sud, le désert du Kalahari, Doudou Gouirand n§en oublie pas moins ses racines du sud de la France et de la Corse. Aidés par des musiciens de tous horizons, le saxophoniste nous gratifie d§un disque de vrai mélange de style, au delà des modes...
Central Jazz (, juillet 2002, Olivier Masson


Doudou Gouirand Les racines du ciel

Je mélange, tu mélanges, il mélange. Doudou Gouirand nous revient avec un 10ème album tout en subtilité et en contraste: un concentré limpide de mer, de terre, d§azur et de soleil. C§est que pour composer Les Racines du Ciel, Doudou et son saxo se sont
trouvés de nouveaux amis, de nouveaux sons et une nouvelle formation: Indigo Song. C§est un panaché de ce qui se fait de mieux: on y retrouve des musiciens africains, Sud-américains et européens, des chanteurs griots, des percussions latino, des rythmiques ethniques, des influences salsa, parfois même du rap... Bref, on y retrouve ce qui
compose notre monde, de l§Occident à l§Orient. Pour unifier ce grand bazar, pour créer un lien entre ces musiques a priori culturellement très marquées, Doudou a choisi la voix ou plutôt les voix. Celles des hommes et des femmes qui parcourent le monde et chantent leur culture. Et pour cimenter le tout, il a choisi son style: le jazz.
Des sonorités fluides et limpides, des sons qui créent des émotions fortes, un jazz ouvert, un §World Jazz§ qui fusionne les continents, les différences, les ethnies, dans une musique lumineuse, sensorielle et universelle. Ces Racines sont comme un étrange parcours à travers les pistes d§Afrique et d§Europe. Un conte qui s§étend sur 10 plages de sables, de galets ou de poussières. Un chant novateur né de la coopération de forces déjà présentes et bien enracinées.

Avec Doudou, chacun reste comme il est, tout en devenant autre. Chacun s§intègre d§autant mieux dans l§ensemble qu§il y apporte ses différences, ses particularités, sa personnalité. Car dans ce jazz humaniste, ce qui importe, c§est que chacun sache évoluer, s§élever, s§imposer ou forcer sa place.

Un album plein, mature, abouti. Sans doute le meilleur remède contre les injustices raciales, sociales, environnementales (j§en passe et des plus bancales) qui s§abattent sur notre terre actuellement.

Des racines aériennes, de la terre azurée, une musique pour tous et toutes. Un futur mélangé de passés composés. Un tour du monde magnifique. A découvrir illico presto !

Benjamin d§Aoust
Les racines du ciel - Album CD - 2002 - RDC Records:

Doudou GOUIRAND INDIGO SONG : “ Les racines du ciel ”
(Plume/RDC/BMG, France, 2002)
UG5766
Voici un disque “ nord-sud ” que j’aime beaucoup !
Il entretoise un idiome jazzy par le trop méconnu sax alto de Doudou que j’adore, avec une arborescence d’instrumentation, ambiances, rythmiques, chants profondément africains.
Je retrouvais les meilleurs moments du grand Pharoah, ou encore l’imprescriptible musique de Abdulhah Ibrahim (Dollar Brand).
Un substrat “ moderne ”; basse funky, percussions afro-cubaines servent à merveille des chants Bambara, des berceuses Amazawe, une cora pure souche, et tout cela débouche même sur un rap revendicatif très “ last poets ”. Mariage réussi, je vous le garantis, car ici l’égalité des cultures n’est pas un vain mot, la fondation France Télécom soutient les jeunes talents et, sur ce disque, la majorité des musiciens sont Africains, (voyons les retombées là-bas…).
Le livret décrit chaque morceau, explique ses motivations, comme pour parfaire la fascination calme qu’exerce sur moi cette musique, qui plaira aussi aux inconditionnels
de Touré Kunda et autres Myriam Makeba.
(Michel Wulput, Discobus 2)

Site :www. lamediatheque.be


Doudou Gouirand

Le dernier disque de Doudou Gouirand se distingue par son originalité et l§authenticité de sa démarche. Il nous convie à un joyeux métissage : jazz, funk, voix africaines, arabes, et même rap. Ses mélodies au saxophone alto s§entrelacent sur un fond de cora, de flûte peul, de cuivres et de percussions. Un vrai dialogue s§opère entre les jazzmen et les musiciens traditionnels qui interprètent ici des compositions originales et des traditionnels bambaras.

Les Racines du ciel

RamDam : Chroniques : Les racines du ciel - Doudou Gouirand
Doudou Gouirand nous revient avec un 10ème album tout en subtilité et en
contraste: un concentré limpide de mer, de terre, d§azur et de soleil. ...
Réédition “ FORGOTTEN TALES ”

Espagne : Nick Fury, - A propos – N° 16, nov. 2001
Doudou Gouirand “ Forgotten tales ” (GREAT WINDS/MUSEA - 2000)
Réédition d’un vinyl de 1986.
On trouve ici tous les éléments qui font de Doudou Gouirand le grand saxophoniste français qu’il est.
Ce quatrième album de Gouirand est considéré comme le meilleur d’un curriculum discographique Immaculé. Une authentique merveille d’album au son absolument actuel dont les fans d’un jazz évolué, riche et intelligent tomberont amoureux. Tout simplement extraordinaire.


Grande-Bretagne : Progression N° 38
DOUDOU GOUIRAND : Forgotten tales
2000 (CD) ; MUSEA/GREAT WINDS GW3104-AR
Style : world music/fusion
Un disque assez court, réédition de 1986, mais qui procure une impression forte.

Bündner Tagblatt (Suisse) 16 février 2000 (quartette “ Passages ” ; concert):
Doudou Gouirand et son groupe ne forment pas seulement un quartet merveilleusement musical, à la fois centré et ouvert à de multiples influences : (ce groupe) projette une image d’où ressort l’originalité alliée à la maîtrise, avec une importante dose de sensibilité.

Musik: Doudou Gouirand Quartett "Passages" ; Samstag, 12. Februar 2000, 20 Uhr 15

Doudou Gouirand sax, Ronnie Patterson p
Philippe Aerts b, Joel Alouche dr

Doudou Gouirand ist auf Tour mit neuer Besetzung; 1994 war er mit Mal Waldron "le
matin d§un fauve" in der Tangente. Nun meldet er sich zurück mit neuen Kompositionen.
Er hielt Rückschau auf seine musikalischen Wurzeln in europäischer Musik wie auch auf
seine mediterrane Kultur. Gouirand ist ein Musiker, "who is a passing musician between
free music§s wild love, and the sweet caress of an alto sound which is
unique in this country"
(Zitat Aldo Romano).

Tangente, Eschen

Impro jazz, mai 2001 (CD réédition “ Forgotten tales ”) :

…Doudou Gouirand possède un don naturel qui fait de lui un brillant compositeur, sachant équilibrer son répertoire, où tous les musiciens trouvent leur place. […]
D.G. est par ailleurs un saxophoniste au lyrisme juste, mariant la gravité et la légèreté, abolissant les frontières. […] un musicien parfois méconnu, mais qui est un rouage important du jazz d’ici et de partout.
Patrick Gentet

Exposé (USA), juillet 2001 (CD réédition “ Forgotten tales ” de 1986)

Le saxophoniste français Doudou Gouirand enregistre depuis plus de vingt ans et ce
Forgotten tales est une réédition bienvenue d§un excellent enregistrement de 1985,
qui devrait accroître encore l’intérêt porté au saxophoniste. […] A l’écoute de
cet album, sa musique devrait passionner tous les amateurs de jazz et de musique
du monde.
David Ashcraft

Jazzman, juin 99 (CD “ Passages ”)

Le feeling avant toutes choses […], la mélodie est son jardin, son invitation au voyage.
[…] le saxophoniste explore un univers chaleureux et séducteur. […] Entre le piano de Rita (Marcotulli), la voix d’Elise (Caron) et le son de Doudou, une vraie alchimie s’installe… Jolie promesse.
Alex Dutilh